Le coin des Artistes : La Parenthèse Musicale

Rencontre avec Nina Debail, de l’association La Parenthèse Musicale. 

 

Votre association existe maintenant depuis quatre ans. Qu’est ce qui est à l’origine de sa création ?
J’ai constaté que de nombreux groupes Douaisiens partaient jouer dans des bars à Lille et ailleurs. Il y avait un véritable problème de communication entre les musiciens et les patrons de bars Douaisiens. La Parenthèse Musicale a donc été créée dans le but de promouvoir la musique sur le territoire en utilisant les outils numériques. Sur le site internet, il y a notamment un agenda qui retrace tous les événements qui touche de près ou de loin à la musique. Le Facebook est aussi très actif et permet de relayer toutes les actualités musicales de tout genre. Je pense qu’il y avait autant de choses qui se passait avant l’apparition de la Parenthèse Musicale, sauf que maintenant on communique mieux sur les événements.

Parlez nous de l’association, que fait-elle, que propose t-elle ?
La Parenthèse Musicale repose sur trois fondements. Elle prône l’accessibilité à la culture pour tous, ainsi nos événements sont tous gratuits. Elle met un point d’honneur à faire la promotion du Douaisis avec plus de 90 groupes de musique qui permettent de rendre le territoire plus attractif. Et enfin, nous accompagnons les groupes dans leurs démarches administratives afin de les aider dans leurs projets. Nous les mettons en avant auprès des collectivités lorsque des événements publiques ont besoin de musique.

Vous êtes aussi l’organisatrice d’événements bien connus des Douaisiens, n’est-ce pas ?
Oui, nous sommes notamment à l’origine de la Bourse aux Vinyles dont la première édition a eu lieu en mai dernier. Ce fût un tel succès que nous organisons la deuxième édition. Elle aura lieu le 3 juin 2018. Nous sommes d’ailleurs preneurs de tout partenariat. Au delà de créer un événement unique et original pour les Douaisiens, la Bourse permet de financer les projets de la Parenthèse Musicale, notamment l’Octobar Festival. En partenariat avec le CSP Bar, la Taverne les Grès, le Quai 121 et le Red Studio, le festival a réuni 24 groupes en trois jours et 800 spectateurs au total cette année. Ce n’est pas mal mais ça coûte de l’argent. Aujourd’hui l’association compte une cinquantaine d’adhérents. Ils apportent leurs idées et permettent surtout de faire vivre l’association. Mais nous avons besoin de plus d’adhérents pour pouvoir proposer encore et toujours plus de choses sur le Douaisis, en matière de musique..