Douaisis Tourisme : On a testé pour vous : La visite du beffroi

Adoubé comme le plus beau de tous les beffrois par Victor Hugo lui-même. Symbole de puissance, et d’autonomie au Moyen-âge. Fierté incontestée de tous les Douaisiens aujourd’hui. Le beffroi de Douai fait partie de la légende de la Cité des Géants. Et pour tout savoir de cet édifice exceptionnel, rien de mieux que de profiter des visites guidées organisées par Douaisis Tourisme. L’occasion de découvrir les histoires insolites, les différents étages et leur fonction, et de finir par une vue imprenable sur la ville, au fil des 196 marches que compte l’escalier. Une immersion historique, magique… dont on a profité comme des enfants.
Après avoir rappelé à l’assemblée les spécificités de l’édifice, et ce qui le différencie des nombreux autres beffrois de la région et d’ailleurs, c’est en posant les pieds sur une reproduction du plan relief de la ville au Moyen-âge que commence la visite. L’occasion de découvrir à quoi ressemblait la ville en 1709, et d’apprécier son évolution, mais aussi les axes principaux toujours présents aujourd’hui. Le beffroi, lui, tenait déjà fièrement sa place, bien entendu.
Commence ensuite l’ascension ! Plusieurs étages offrent l’occasion de pauses bien méritées, et la découverte des fonctions du beffroi et de ses différentes salles. L’occasion aussi de découvrir qui est cette famille Gayant dont on parle à chaque coin de rue de la ville. Nous, on savait bien sûr ! Binbin, le fameux, Marie Cagenon, la charismatique, et Monsieur Gayant, la légende, on en apprend ici autant sur les Géants, que sur les traditions qui les accompagnent.
Mais au fil des marches, c’est le sommet qui se profile. Et juste avant le point final de l’ascension, c’est le prodigieux carillon qui se révèle. Un entrelacs de cloches de tous les formats, et l’occasion de profiter d’une petite leçon de Carillon. On a même eu droit de faire résonner quelques cloches. Oui oui, elles ont bien résonné dans tout le Douaisis.
Puis vient le sommet ! Nord, sud, est, ouest, on se délecte d’une vue infinie sur les terres du Douaisis et sur des édifices comme la Collégiale Saint-Pierre, qui nous offre ici son plus majestueux profil. Alors, qui grimpe ?